Réhabiliter la mémoire collective du Canada avec l'artiste cri Kent Monkman

Dernière mise à jour : 23 févr.

par Kasey Gutierrez



Repeindre la toile

Si nous devions établir une analogie entre l’histoire du Canada et un mouvement artistique en peinture, elle prendrait la forme d’un immense tableau classique dans lequel un idéal triomphe, alors que les imperfections sont proscrites. Par conséquent, les Canadiens et les Canadiennes regardent, étudient et mémorisent une toile, laquelle repose sur une trame narrative homogène idéalisée de leur propre histoire. En effet, altérée par une série d’omissions et construite par des semi-vérités, l’histoire canadienne ne traite ni dans son entièreté ni en profondeur du génocide colonial* des premiers habitants et des premières habitantes du territoire canadien : les peuples autochtones. La mémoire collective canadienne comporte donc des lacunes alarmantes, si bien que, à titre d’exemple, la découverte des restes de près de 10 000 enfants sur divers sites d’anciens pensionnats autochtones au Canada ces derniers mois a été une révélation bouleversante et inimaginable pour plusieurs d’entre nous. Comment combler ces failles? La réponse est d’une simplicité renversante : la toile doit être repeinte. Telle est la mission artistique de Kent Monkman, artiste multidisciplinaire d'ascendance crie, qui vit actuellement à Dish With One Spoon Territory (à Toronto, au Canada). Voici deux tableaux qui nous donnent un aperçu de l’œuvre magistrale de l’artiste à succès.

Miss Chief Eagle Testickle : porte-parole des voix marginalisées

Dans le tableau History Is Painted by the Victors (2013), peint à l’acrylique, un paysage partiellement ensoleillé riche en relief et en végétation est mis en valeur. Voilant la lumière du soleil, des montagnes glaciales et une masse de nuages surplombent un lac vert émeraude, lequel est entouré d’une forêt de pins. Au bord du lac, des individus nus se prélassent parmi les vêtements au sol, se battent pour le plaisir ou plongent dans l’eau pour profiter du beau temps. Une figure de dos, au centre du premier plan de la composition, attire le regard en raison de ses longues bottes en cuir rouge flamboyant et à talons hauts.

Ce personnage, nommé Miss Chief Eagle Testickle, est l’alter ego allosexuel de Kent Monkman, dont la seule présence récurrente dans le corpus artistique de l’artiste suffit pour frayer un chemin vers une présence puissante des voix marginalisées et opprimées des peuples autochtones. Loin de paraître simplement dans les toiles, Miss Chief prend une part active à la poignante narration visuelle de Monkman en maîtrisant, par exemple, le pinceau et les couleurs, une profession ou une activité artistique et intellectuelle réservée, en règle générale, aux hommes colonisateurs.

Étant peintre, Miss Chief impose son regard sur les colons désœuvrés au bord du lac, ce qui renverse d’emblée le regard colonial prééminent dans l’histoire et l’histoire de l’art en Occident.



Ouvrir le dialogue

Kent Monkman fustige la célébration du 150e anniversaire du Canada de telle manière qu’il peint The Daddies (2016), une reproduction à l’acrylique de la toile de Robert Harris, intitulée Meeting of the Delegates of British North America to Settle the Terms of Confederation (1884) (Desforges, 2 mai 2018 - 2 mai 2023), à quelques exceptions près : Miss Chief s’invite à la réunion et est le centre de tous les regards. L’alter ego est nu, de dos, assis sur une caisse recouverte d’un drap; les délégués sont vêtus de costumes noirs, assis sur des chaises ou debout autour d’une table nappée de rouge. La confusion, la gêne et la consternation peuvent se lire sur les visages. De même que dans History Is Painted by the Victors, Miss Chief détient le fil narratif de l’œuvre par sa gestuelle théâtrale qui suggère une prise de parole, contrairement aux Pères de la Confédération qui sont pétrifiés en sa présence. La participation du personnage clef à la Conférence de Québec indique une ferme volonté d'ouvrir le dialogue, de se battre pour la reconnaissance des droits des peuples autochtones, et d'intervenir dans la concrétisation de la Confédération, laquelle est ancrée dans la violence, l’oppression et le racisme.



Reconstruire la mémoire collective

Les pièces manquantes à l’égard de l’histoire coloniale canadienne sont fournies dans la pratique artistique multidisciplinaire de Kent Monkman, dont l’œuvre amorce une reconstitution de la mémoire collective. Le « nouveau » passé colonial peint du Canada se retrouve désormais dans les archives visuelles de nos esprits, de telle sorte qu’elles subvertissent toutes nos connaissances historiques antérieures. Une mémoire collective reconstituée nous permet de comprendre le passé colonial, ce qui nous amène à critiquer le présent colonial ou à militer contre celui-ci, car il sévit toujours au Canada en 2022. C’est en pareilles circonstances, lorsque le gouvernement canadien complexifie le travail constituant à repeindre la « toile », que les artistes engagés comme Kent Monkman sont au front du changement social.

*L’utilisation du terme « génocide » pour décrire les atrocités du colonialisme envers les communautés autochtones est largement débattue dans la sphère publique et n’a pas été officiellement reconnue par le gouvernement canadien à la date de publication de ce texte. Pour plus d’informations, consultez l’article suivant :


Alhmidi, Maan. (5 juin 2021). Génocide contre les peuples autochtones. La reconnaissance par Trudeau peut avoir de lourdes conséquences. La Presse (page consultée le 29 janvier 2022) https://www.lapresse.ca/actualites/national/2021-06-05/genocide-contre-les-peuples-autochtones/la-reconnaissance-par-trudeau-peut-avoir-de-lourdes-consequences.php#


Pour accéder aux toiles de Kent Monkman :


Monkman, K. (2013). History is Painted by the Victors. [Acrylique sur toile]. Denver Art Museum, Denver, Colorado. Kent Monkman (s.d.). Repéré dans: https://www.kentmonkman.com/painting/2013/history-is-painted-by-the-victors


Monkman, K. (2016). The Daddies. [Acrylique sur toile]. Kent Monkman (s.d.). Repéré dans : https://www.kentmonkman.com/painting/2017/1/9/the-daddies


Pour aller plus loin :

Desforges, J. (2 mai 2018 - 2 mai 2023). L’exposition 150 ans | 150 œuvres : l’art au Canada comme acte d’histoire[Exposition virtuelle]. Galerie de l’UQAM, Montréal, Canada. https://150ans150oeuvres.uqam.ca/fr/oeuvre/1884-carton-pour-la-reunion-des-delegues-de-l-amerique-du-nord-britannique-devant-regler-les-conditions-de-la-confederation-quebec-octobre-1864-de-robert-harris/#description

63 vues0 commentaire