Sara Balbi Di Bernardo et Laurence Marie : la magie de la poésie visuelle à quatre mains

La poète Sara Balbi Di Bernardo et sa complice, l'artiste Laurence Marie, nous emmènent avec délicatesse dans un monde si lointain et si proche à la fois, car il est à l'intérieur de nous, et il suffit de se perdre un instant au détour d'un rêve pour se retrouver là, dans ce jardin, humant à pleins poumons le pétrichor.


Laissons-nous guider par ce duo de magiciennes des mots et des couleurs, qui mêlent leurs talents pour créer des poèmes illustrés. Comme le dit si bien Laurence Marie : « Les mots et les bruits sont comme une cadence à mon oreille qui dévale le long de mon bras pour agiter le bout de mes

doigts. »


Lecture en musique



Chaque gramme de ton être



« Chaque gramme de ton être » par Laurence Marie

je parle à ces endroits

de toi

que tu ne connais pas

l’oreille de tes pores

les yeux

à la pointe de tes cheveux

le tympan de ta paume droite

et celui de la gauche

qui entend le mieux

la trame sans âge

de tes synapses

stellaires




la mémoire ancestrale

de chaque gramme de ton être

chaque cellule de ta lumière


celui que tu as été

aigle tigre fourmi

et tu as oublié

les milliers de lucioles

qui peuplent tes poumons

tes branchies endormies

les griffes rétractiles
qui glissent sous ta peau
tes ailes encastrées

les narines cachées

dans tes grains de beauté

le cœur de ton foie

la foi de ton cœur

le feu de ta moelle

tes yeux du dedans


j’apostrophe

la mémoire

de ton âme



Pose le ciel sur ton ventre


« Extase » par Laurence Marie

pose le ciel sur ton ventre

allonge-toi enfonce repousse

tes limites

déploie

ton tronc

tes bras

tes racines

ressens comme

tout est toi

& tu es tout

& rien

& partout

depuis toujours


mêle tes doigts à l’herbe

de tes cheveux

avale

ta propre sève

n’arrache plus rien

pousse



écoute le vent

la traîne du lombric

les fleurs

qui t’applaudissent

porte les enfants

sois leur terrain de jeux

leur cachette

leur refuge


sous le soleil

ferme les yeux

ris avec lui

parle-lui de la pluie


invoque-la une dernière fois


dis les mots qui changent de sens

& que personne n’entend

retiens le souffle

qui file

entre tes dents


parle à l’herbe à l’arbre

berce la pierre

console-la


moule ta nuque dans la glaise
& tes yeux
dans le bleu

laisse les feuilles couvrir ta langue

mâche l’humus

les vers

la pluie


souviens-toi

ou ne te souviens pas

mais quand la brume viendra

n’oublie pas

remercie-la



Cyclamen, hommage à Cy Twombly


Texte de Sara Balbi Di Bernardo, illustration de Laurence Marie

Rêve


Texte de Sara Balbi Di Bernardo, illustration de Laurence Marie

À propos du duo de poètes visuelles :


Sara Balbi Di Bernardo, autrice


Je suis née à Gênes en 1972, j’ai la double nationalité (italienne et française). J’ai émigré en France en 1980. Diplômée de Sciences Po Paris, ancienne blogueuse, j’ai longtemps travaillé en tant que consultante.


Il y a quelques années, j’ai écrit le scénario de deux courts-métrages portés à l’écran et sélectionnés dans plusieurs festivals (en France et à l’international) : Café noir, réalisé par Steve Perret, et Fin de soirée, réalisé par Raphaël Girszyn.


Depuis 2021, je réponds à des appels à textes et mes poèmes sont publiés dans des revues littéraires : Dissonances, Jupiter, Poétisthme, Pro/p(r)rose Magazine, Miroir, la revue des ateliers d’écriture de Laura Vazquez.


J’ai également participé à plusieurs épisodes du podcast poétique Mange tes mots (épisodes 6, 8, 9, 10, 11 - juin, octobre, novembre, décembre 2021, janvier 2022)

En collaboration avec l’artiste Laurence Marie, j’ai créé, il y a quelques mois, les Poésies à la verticale, des créations à quatre mains, mêlant texte et visuel, imprimées en tirage limité.


Je viens de terminer l’écriture de mon premier recueil de poésie ; il aborde des thèmes pluriels : la maternité, la maladie, l’absence, l’écriture, le rêve, la vie matérielle dont parlait si bien Marguerite Duras. Si mes textes sont ancrés dans le quotidien, certains de mes poèmes ont une forte dimension onirique et spirituelle. Car la poésie est passage ; elle ouvre toutes les fenêtres du mot.

Laurence Marie, artiste visuelle

Je travaille la peinture à l’huile, l’acrylique, le dessin, mais aussi la photographie et la création assistée par ordinateur.


Mon travail a été présenté dans plusieurs galeries, salons et expositions franciliennes, notamment le salon Figuration critique et le Toit de la Grande Arche de La Défense. J’ai été résidente à la galerie Étienne de Causans et j'ai participé, plusieurs années durant, au Grand Marché d’Art contemporain de Paris.


J’ai également participé à plusieurs appels à contribution pour des revues littéraires (Encres, Pro/p(r)rose Magazine).


Je travaille actuellement à l’illustration d’un recueil de poésie.


Mon inspiration se nourrit de regards, de bouches, de bras et de jambes, d’odeurs et de bruits. Du végétal comme du vivant. Les mots et les bruits sont comme une cadence à mon oreille qui dévale le long de mon bras pour agiter le bout de mes doigts.


Nous vous invitons à découvrir Poésies à la verticale ici.

Pour commander des marque-pages, affichettes et autres œuvres d'art, c'est par ici.



Galerie photos Poésies à la verticale







120 vues0 commentaire