Le revenu universel, pour ou contre?

Dernière mise à jour : 8 oct. 2021

Ellho


Ellho est l'auteur du roman Mirifique, paru en 2021 aux Éditions Sydney Laurent. L'écrivain partage ici quelques pistes de réflexion sur un sujet qu'il aborde également dans son roman.

Photo fournie par l'auteur

Tout d’abord, précisons en quoi consiste le revenu universel, aussi appelé revenu de base ou allocation universelle. Il s’agit d’un revenu perçu par toute la communauté, sans condition de ressources et sans contrepartie salariale.


L’idée, pas vraiment récente, fut défendue en son temps par Napoléon ou encore Martin Luther King.


Le revenu universel divise les politiques, les économistes et les penseurs; certains sont pour, d’autres sont contre. Voici un résumé de leurs arguments.

« Certaines transformations demeurent lentes, car elles font face à l’égoïsme de la masse, qui préfère voir la pauvreté du coin de l’œil, sans agir concrètement pour l’abolir. »

Les contre

Pour connaître la thèse principale en défaveur du revenu universel, commençons par comprendre la « théorie du surfeur de Malibu » (une controverse de 1987, posée par John Rawls). Pourquoi payer pour un surfeur qui n’accomplit rien pour la société? Le philosophe fixe la question en termes moraux et considère injuste de rémunérer une personne sans aucune compensation productive. Selon lui, le surfeur serait en quelque sorte un « parasite » profitant de crédits alloués par les travailleurs pour s’amuser.


Un autre argument, que nous pouvons appeler « la théorie de l’éboueur », vient s’opposer à toute forme de salaire sans contrepartie. Cette idée s’exprime par la peur de voir disparaître le personnel dans les professions manuelles indispensables, mais le plus souvent nourricières, comme celle de collecteur de déchets, de balayeur ou encore de femme de ménage.


Les pour

Outre l’évidente éradication de la pauvreté, le revenu universel propose la possibilité à chacune et chacun de choisir son travail par passion, par envie, sans subir un job non désiré.


Avec la croissance démographique, trouver un métier s’avère de plus en plus difficile pour les membres de la société. La robotisation et l’automatisation contribuent également à augmenter l’écart entre l’offre et la demande. Certains s’enrichissent outrageusement sans véritablement se tuer au boulot, pendant que d’autres galèrent pour finir leur mois.


Dans ce cas, le revenu universel, plus équitable, rétablirait une justice sociale. À cela s’ajoute une simplification administrative pour les diverses aides existantes dans plusieurs pays et, par conséquent, une meilleure gestion économique étatique.


La crise sanitaire accélère le mouvement

Photo : Pixabay

Depuis la COVID, plusieurs études sociologiques ont vu le jour. Par exemple, l’Allemagne vient de lancer, le 1er juin 2021, une nouvelle expérimentation sur 122 personnes. L’association militante et privée Mein Grundeinkommen (« Mon revenu de base »), créée par Michael Bohmeyer en avril 2017, apparaît à l’initiative. Cette fois, le gain (1 200 euros par mois sur 3 ans) n’est plus donné en fonction du niveau social, mais attribué par tirage au sort, parmi les 2 000 000 d’inscrits au programme. Cette étude, à long terme, fournira ses résultats au bout des 3 ans, comme l’explique Jürgen Schupp (Institut allemand pour la recherche économique [DIW], responsable scientifique du projet) :


« Au cours des trois prochaines années, nous voulons étudier empiriquement si et comment le versement inconditionnel et régulier d’une somme d’argent qui couvre plus que le niveau de subsistance a un effet sur le comportement des gens ».


Dans un article du Monde (publié le 13 avril 2021), la correspondante Corine Lesnes à San Francisco rapporte l’essai de Stockton (Californie) où 125 habitants au revenu inférieur à la moyenne nationale ont disposé d’une allocation de 500 dollars mensuels sur 2 ans. L’ancien maire Michael Tubbs est à l’origine du projet Universal Basic Income. Des entreprises privées ont participé au financement, comme Chris Hughes, cofondateur de Facebook. Les résultats montrent que l’expérience a aidé les bénéficiaires à retrouver un emploi à temps plein, à rétablir des relations normales avec leur famille, à ouvrir un compte bancaire et à éponger leurs dettes. Seulement 1 % des allocataires ont utilisé cette somme pour acheter de l’alcool.


Évolution des mentalités

Le débat sur le revenu universel fragmente et remet en cause la notion même du travail. Les injustices grandissantes entre les ultrariches et les plus précaires posent la question de ce que nous voulons comme société pour demain. Certaines transformations demeurent lentes, car elles font face à l’égoïsme de la masse, qui préfère voir la pauvreté du coin de l’œil, sans agir concrètement pour l’abolir. Le revenu universel semble être une des solutions pour remettre de l’égalité entre humains. Il y a 200 ans de cela, éradiquer l’esclavage paraissait inconcevable pour certains.


Pour en savoir plus sur Ellho et Mirifique, rendez-vous sur ellho.net.

À lire aussi : notre avis de lecture sur Mirifique et notre interview d'Ellho.

Résumé :

Quatre vingtenaires, aux caractères très différents, mais à l’amitié indéfectible, découvrent le temps d’un week-end en Écosse, « Mirifique », une machine extraordinaire inventée par Darchir Stein et Herbert James Wall en 2058.

À quoi sert cette étrange machine ?

Suivez Madison Kinnear, la rouquine à la langue bien pendue, Krystal Hay, la femme fatale, le sage Edan Smith et Damian Gunn, l’impétueux séducteur, dans leurs aventures aux multiples rebondissements.






147 vues0 commentaire